Environnement : Les cosmétiques écologiques

Les cosmétiques industriels contiennent un tas de composants néfastes mais facilement remplacés par des alternatives naturelles et éco-responsables. Fabriquer ses cosmétiques soi-même peut-elle être une solution à l’amélioration de l’environnement ?

Du maquillage aux produits d’hygiène, les cosmétiques englobent un grand panel de produits relatifs aux soins de beauté. Ce sont des produits que nous utilisons quotidiennement et leur production a un réel coût sur notre équilibre naturel. Le premier et le plus gros problème est que l’industrie des cosmétiques n’est que peu sensibilisée sur l’impact écologique généré par leurs activités. Pourtant, les scientifiques ne cessent de souligner que ces produits contiennent des substances indésirables pour notre santé et l’environnement.

Soin de peau rafraîchissante – Pixabay licence

L’impact des cosmétiques industriels

Les produits cosmétiques industriels ont des répercussions sur l’environnement tant par sa fabrication que par son utilisation mais également à cause de sa production massive. Les activités de ces industries engendrent entre autres : la déforestation, amincissement de la couche d’ozone, déséquilibre de la biodiversité et des changements climatiques importants. Par exemple, le pétrole est régulièrement utilisé lors de la fabrication de nos cosmétiques sous la forme de « mineral oil » ou encore de « paraffine ». Le pétrole est de plus en plus rare et donc extrait de zones de plus en plus reculées. Cela a donc un impact énorme sur la forêt tropicale et toute la biodiversité qui y vit.

Concernant son utilisation, de nombreux ingrédients tels que les microbilles, paillettes et huiles minérales ne se désintègrent pas totalement ! Après rinçage, elles finissent donc dans l’organisme des poissons et des mammifères marins. Aurélie Melchior, responsable du département « cosmétique » chez ECOCONSO nous a révélé son secret afin de remplacer facilement ces éléments. Elle remplace les microbilles par du marc de café ou du sucre pour réaliser ses gommages et les huiles minérales par des huiles végétales.

Mais ces produits contiennent un tas d’autres produits chimiques : plastifiants, dégraisseurs, pesticides, cancérigènes,… Et ce ne sont que quelques exemples des 82.000 ingrédients entrant dans la composition de ces produits de soins. Et après ? Après la production et l’utilisation nous jetons ces produits sur-emballés et créons des tonnes de déchets par jour.

Adoptez les cosmétiques écologiques

Qu’entend-t-on par « cosmétiques écologiques » ? Ce sont des produits qui évitent les ingrédients qui se dégradent mal et qui sont très polluants, ils privilégient les composants sûrs pour limiter les risques d’allergie et d’irritation ainsi que les ingrédients suspectés de perturber le système hormonal. Ecologique, c’est aussi consommer des produits locaux afin de limiter le coût en CO2 lors des transports et privilégier les produits en vrac non emballés pour réduire la production de déchets. Aurélie fait le point là-dessus et précise que « cela passe aussi par la non création de besoins, en arrêtant de produire et promouvoir sans cesse de nouveaux produits innovants et vendus comme indispensables aux consommateurs. »

Pour être un parfait éco-citoyen c’est à nous de choisir consciencieusement nos cosmétiques. Vous pouvez en acheter en faisant attention aux composants et aux labels qui lui sont attribués. De plus, « Les labels vont en général plus loin en interdisant certains procédés de fabrication, emballages,… » ajoute Aurélie. Le but est d’adopter une nouvelle routine de beauté pour mieux vivre en harmonie avec soi-même et la nature.

Les produits zéro déchets sont également une bonne alternative. Vous pouvez adopter des gestes simples comme lister les produits jetables et les remplacer par du rechargeable : le dentifrice et le shampoing solide, les cup à la place des tampons et serviettes hygiéniques, l’orticuli pour remplacer les cotons tiges, les mouchoirs en tissus,… et tant d’autres choses. Non seulement vous contribuez à sauver notre planète mais vous bénéficiez de soins naturels, qui n’agressent pas votre peau.

Shampoing solide – Pixabay Licence

Mais si avez quelques minutes devant vous, le mieux est de créer ses propres cosmétiques. C’est simple et efficace !

Les matières premières et leurs bienfaits

Au-delà du souci écologique, les avantages de créer ses cosmétiques soi-même sont ses dimensions personnalisables et économiques. En effet, nous avons tous des types de cheveux et de peaux différentes. Créer ses cosmétiques vous permet de choisir le produit le plus adapté à votre carnation. Mais attention à ne pas jouer aux apprentis chimistes, nous conseille Aurélie! Le « home made » c’est aussi utiliser des composants primaires, comme l’huile. Cela ne représente pas un énorme investissement. Une fois que vous avez les produits de base, vous pouvez créer une multitude de soins différents. Faisons un point sur les propriétés de ces matières premières :

  • Les huiles végétales : elles servent à réaliser beaucoup de cosmétiques essentiellement liées à la peau comme l’hydratation et le démaquillage.
  • Les hydrolats : les eaux florales sont bénéfiques contre les jambes lourdes et ont des propriétés calmantes et rafraîchissantes.
  • Les beurres végétaux : permettent de créer des baumes à lèvres et corporels tels que le beurre de cacao et de karité.
  • Les argiles : particulièrement adapté pour régulariser la teinte et la texture de votre peau.
  • Les huiles essentielles : elles sont les meilleures alliées dans la fabrication de vos cosmétiques maison car elles englobent un large panel de bienfaits (peau, digestion, stress, sommeil,…). Par contre, Aurélie nous met en garde : « leur usage doit être prudent et réfléchi. Des règles d’hygiène très strictes doivent aussi être respectées sans quoi les cosmétiques peuvent ne pas être sûrs pour le consommateur. »
  • Le bicarbonate de soude : est le plus régulièrement utilisé pour se blanchir les dents, mais aide aussi à réduire les pellicules et sert de déodorant naturel.
  • Le gel d’Aloe Vera : est un conservateur naturel riche en vitamines et en éléments nutritifs. Il permet de compenser les pertes en eau de la peau et stimule sa réparation.

Une empreinte écologique réduite

Chacun doit agir à sa propre échelle pour limiter un maximum son empreinte écologique. Alors, si les grandes industries continuent à proposer des produits toxiques et dangereux pour l’environnement, fabriquer ses cosmétiques soi-même est une alternative cohérente. Ce n’est peut-être pas la seule solution à mettre en place pour réduire l’impact écologique mais il est certain que cela y contribue. Beaucoup de composants néfastes sont facilement remplaçables par des matières premières écologiques, biologiques et économiques. Comme l’utilisation d’extraits de plantes ou végétaux biologiques qui permettent en effet de promouvoir l’agriculture. Elle permet en retour de protéger les écosystèmes et de les équilibrer en favorisant la biodiversité. Pourquoi se priver ?

Si vous n’avez pas l’opportunité de créer vos produits vous-même vous pouvez toujours opter pour des marques bio. Le coût des produits biologiques est plus élevé mais l’avantage est d’éviter la pollution inutile de notre corps, de nos eaux et de nos terres.

Pour en savoir plus

  • Deborah Cabanas – 22 ans
    • Etudiante en bac 1 communication
  • ISFSC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *