La Belgique pourra-t-elle se séparer du nucléaire ?

La Belgique s’est engagée à réduire ses émissions de 55 % à l’horizon 2030 et de 95 % à l’horizon 2050 suivant le projet de loi climat, en portant à 100 % la part électrique d’énergies renouvelables 

Le Conseil d’Administration de la FABI (Fédération Royale d’Association Belges d’Ingénieurs Civils et d’Ingénieurs Agronomes) a émis trois scénarios (marmottes, tortues et lièvres) qui reposent sur des hypothèses qui visent, d’une part, à remplacer les énergies fossiles et nucléaires par les énergies vertes et, d’autre part, à optimiser la consommation énergétique. 

centrale nucléaire de Tihange en vue du fleuve de la musse. photo de Michiel Verbeek CC BY-SA

 En vue de cet objectif

de nouvelles technologies, jugée aujourd’hui suffisamment mature, seront mises en œuvre et ceux dans différents secteurs tels que le transport, l’habitat, l’industrie, mais aussi la génération électrique, en plus d’une évolution raisonnable des techniques et procédés.

Néanmoins aucun des trois scenarii n’atteint la cible des 95 % de réduction à l’horizon 2050. Une telle transition climatique sera elle réalisable sans nucléaire ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *