Mobilité : Quel est l’impact des vélos et des trottinettes électriques à Bruxelles ?

Les vélos et trottinettes électriques ne cessent d’augmenter dans les rues de Bruxelles.

Les systèmes de mobilité partagés ont souffert, malgré la mise en œuvre de mesures sanitaires strictes mais reprennent du poil de la bête à l’heure actuelle. – Photo de Magda Ehlers provenant de Pexels

Aujourd’hui, on compte près de 5000 véhicules de micro-mobilité en partage à Bruxelles. Sortie de la crise sanitaire Bruxelles est-elle la capitale de la micro-mobilité ?

Suite à la hausse des véhicules de micro-mobilité la ville se retrouve dans une situation où il faut mettre en place des mesures afin d’adapter ce nouveau type de mobilité. Ces deux dernières années on a vu apparaître dans la ville une multitude d’opérateurs qui permettent la location de vélos ainsi que de trottinettes électriques. Lors du déconfinement dernier, il a été remarqué que beaucoup d’usagers ont délaissé les transports en commun pour des raisons sanitaires.

Moped = scooters et scooters = trottinettes. Donc quasi 3500 trottinettes en partage à Bruxelles – Image provenant de Thiry Camille – Bruxelles Mobilité

Bruxelles a beaucoup entrepris dans la mobilité douce avec la création de plus de pistes cyclables. Grâce à la mise en place du plan régional de mobilité nommé Good Move. La capitale européenne est devenue un endroit très important pour les entreprises de micro-mobilité.

Les citoyens mécontents

On remarque aussi que souvent à Bruxelles beaucoup de trottinettes de location sont vandalisées. La gêne occasionnée est due au fait qu’elles sont mal garées. Car aujourd’hui peu de systèmes de parking sont mis en place.

2021 sera-t-elle une année de vraie transition pour une mobilité plus douce à Bruxelles ?

Se déplacer à vélo dans Bruxelles, quels sont les moyens mis en place ?

En 2020, le coronavirus a totalement bouleversé nos habitudes de déplacement quotidiennes. Après ce premier lockdown total, il fallait  donc envisager de nouveaux moyens de déplacement tout en évitant de côtoyer un maximum de personnes. Quoi de mieux que le vélo !

Quels sont les moyens mis en place pour se déplacer à vélo dans Bruxelles ? Prendre le vélo de nos jours peut paraître vachement compliqué lorsqu’on ne connaît pas le terrain. Il faut donc prendre son courage à demain. Ces deux dernières années il y’a nette augmentation des usagers vélo dans la capitale.

Brussels is the new Bike !

Avant d’aborder 2020 et sa mobilité il faut constater ce qu’il s’est passé en 2019. Cela fut une très bonne année pour la mobilité douce. Le cyclisme à Bruxelles n’a pas cessé de croître en termes d’usagers.

En 2019, Pro vélo a dévoilé dans son observatoire (PDF) qu’il y a une hausse de 8.9% en plus d’usagers vélos par rapport à 2018. Cette hausse est due au fait qu’il y ait un réel engorgement du trafic lors des heures de pointe à Bruxelles ainsi qu’ au sein des transports en commun avec les innovations actuelles, l’apparition du vélo électrique, pliant, cargo. Le vélo devient un réel moyen de déplacement très compétitif au sein de la ville.

“ Avec la Covid-19 a été évident le nombre d’usagers a doublé à certains endroits ” déclare Antonin Castel

L’impact du virus sur nos moyens de déplacement

Dans son ensemble 2020 aura marqué les esprits au travers cette pandémie mondiale. Il est très clair que la crise sanitaire actuelle due à la  COVID-19 a définitivement changé nos habitudes de déplacement. Pendant ce premier confinement, le trafic automobile a été en baisse. À partir de ce moment, on a pu remarquer une augmentation de l’utilisation du vélo.

Lors du déconfinement il paraissait très compliqué de se déplacer à dans des rames de métro, trams ou bus bondés… Il a fallu donc s’adapter à cette tendance qui est restée à la hausse, les utilisateurs n’ont cessé d’augmenter.

“ Cette année le vélo a eu le vent en poupe ! En septembre 2020, nous étions à + 85% de déplacements vélo par rapport à septembre 2019. ”

Camille Thiry, responsable communication chez Bruxelles Mobilité
© Camille Thiry Bruxelles Mobilité, moyenne du trafic cyclistes par jour de semaine entre août et octobre 2019 et 2020

Les bons plans cyclo à Bruxelles, il faut se mettre en selle

On remarque de plus l’implantation de nouvelles pistes cyclables dans la capitale ce qui permet de modifier son itinéraire très fréquemment, 40 km de pistes cyclables ont été aménagées. Sans oublier Bike For Brussels une initiative de la part de Bruxelles Mobilité qui a pour but de sensibiliser et informer un maximum les citoyens à prendre le vélo.

Sur leur site se trouve une multitude d’informations qui permettra de vous aiguiller lors de vos déplacements à 2 roues, réparation vélo, nouvel itinéraire, formation jeunesse, cyclo parking,…

© Chaine Youtube Bike For Brussels, Petit conseil de sécurité pour rouler à Bruxelles

En partenariat avec Bruxelles Mobilité, Les Ateliers de la Rue Voot sont une ressource importante pour vos vélos. Au sein de cette ASBL se déroule une multitude d’ateliers et de projets dont une partie est consacrée à la récup vélo, formation à la mécanique vélo, atelier participatif de réparation, formation pour les plus jeunes.

 » C’est toujours plus sympa de changer son itinéraire !  »

Antonin Castel, coordinateur vélo Les ateliers de la rue Voot

Les sujets qui fâchent ou pas 

Il y a une telle amélioration ces quatre dernières années que c’est hyper facile de se déplacer à vélo dans Bruxelles. La mise en place d’une piste cyclable le long de la petite ceinture est une très bonne idée, déclare Antonin Castel

© Patrice Leprince article Le Soir+, piste cyclable le long de la petite ceinture

Malgré tout, il reste quelques problématiques à traiter, la présence d’un surnombre de véhicules automobiles engendrant une pollution de l’air ainsi que des nuisances sonores dans les grands axes. Cela est très dérangeant pour les cyclistes au quotidien.

La mise au vert du vélo et des trottinettes

L’apparition du vélo électrique change la donne. Auparavant, il aurait été plus compliqué de se balader à vélo avec des enfants à l’arrière. Le vélo à assistance électrique permet d’envisager de prendre différents trajets avec plus de déniveler et accéder à plus endroit et de paysage. Sa rapidité permet aussi un gain de temps dans les différents petits trajets du quotidien.

L’implantation des opérateurs de mobilité douce à Bruxelles est un sujet mitigé au-delà du fait qu’ils répondent à une demande de mobilité rapide dans la ville ainsi que de croître nos gains de temps dans nos déplacements du quotidien cela a un réel impact dans le paysage urbain ainsi que dans la circulation. On remarque très souvent à Bruxelles que beaucoup de trottinettes et vélos de location sont vandalisés. 

“ Je trouve que les trottinettes sont plus dangereuses que les vélos parce qu’on les entend moins et elles vont plus vite en plus d’être moins stables dessus ”

affirme Antonin Castel

D’après les dires Antonin cela est dû au fait que ces grosses entreprises comme Lime, Uber, Dott ont plus pour but de chercher le profit que de promouvoir l’éco responsabilité. Les petites start up comme Billy Bike enregistrent beaucoup moins de vandalisme que leurs concurrents.

Le futur du vélo à Bruxelles

De nombreux projets ont déjà été réalisés cette année. La Région bruxelloise renforce depuis le printemps dernier son réseau cyclable comme mesure d’accompagnement à la crise sanitaire. Le but étant de promouvoir l’utilisation du vélo pour les petits trajets afin d’éviter un afflux massif des transports publics et de permettre à un plus grand nombre d’usagers de respecter les règles de distanciation sociale. Ces nouvelles infrastructures cyclables temporaires avaient été mises en place rapidement à la sortie du confinement.

Dans le cadre de la crise sanitaire actuelle, ces nouvelles infrastructures cyclables visent à :

Permettre à un plus grand nombre de cyclistes de circuler et de conserver une distanciation physique suffisante les uns par rapport aux autres.

Encourager l’usage du vélo et de la marche sur de courtes distances ainsi que d’alléger la charge des transports publics et éviter l’afflux de voitures individuelles.

À partir de ce 1er janvier 2021, Bruxelles devient Ville 30. Cette mesure vise à sécuriser les déplacements vélo et piétons et donc à les encourager. Les équipes de Bruxelles Mobilité vont d’abord placer, 1350 panneaux de limitation à 50km/h, indiquant les exceptions au régime général du 30km/h. Le travail se fera progressivement quartier par quartier, en démarrant par le nord de la capitale.

On peut donc en déduire que les choses bougent dans la ville. Après une année mouvementée par cette pandémie mondiale. L’avenir du vélo semble plutôt radieux à Bruxelles.


Pour en savoir plus :

Samy Van Audenhove, étudiant en bachelier de communication à l’ISFSC

© Samy Van Audenhove 2020

Bruxelles, lanterne rouge des pistes cyclables?

La qualité et la sécurité ne sont pas toujours au rendez-vous à Bruxelles. Le réseau cyclable bruxellois compte 200 km. Ce réseau est géré par tellement de personnes que prendre une décision est à chaque fois un combat.

Piste cyclable bien entretenue. Photo de Brett Sayles provenant de Pexels

La pratique du vélo est en plein essor dans un grand nombre de métropoles européennes, mais les nouveaux cyclistes bruxellois sont bloqués par une infrastructure peu adaptée à leur moyen de transport. Dans ce sens, il convient de découvrir un article de Bruxelles mobilité sur l’aménagement cyclable à Bruxelles.

Les ingrédients d’une piste cyclable.

Une bonne piste cyclable se compose de routes droites, assez larges pour laisser passer plusieurs vélos. Elle doit être entretenue et comporter le moins d’arrêts dangereux aux croisements. À Bruxelles, peu de routes sont compatibles avec ce schéma !

Aménagement cyclable dans Bruxelles : http://data-mobility.irisnet.be/mobigis/fr/

La petite ceinture de Bruxelles (ici en jaune) est bien entourée d’un réseau cyclable, mais dans le centre-ville, c’est beaucoup plus décousu.

Le gros souci vient des carrefours qui sont difficilement aménageables. Pour les décisions d’aménagement, Bruxelles, dépend de 19 communes et de la région bruxelloise. Dès lors, il est rare que tout le monde soit d’accord et malheureusement, les projets prennent du temps à être acceptés.

Afin de faciliter l’aménagement du réseau cyclable. La région, en concertation avec les citoyens, a lancé un nouveau plan de mobilité régionale appelé « Good Move« . Il a pour but de rendre facile et sécurisante la mobilité à Bruxelles.

Une nouvelle bouffée d’air frais pour Bruxelles.

Dans le cœur d’un village du cancer en Chine

L’extraction de métaux rares en Chine cause le cancer dans 451 villages de Chine.

De nombreuses personnes décèdent d’un cancer suite à l’extraction des métaux rares dans la ville de Baotou en Chine. Selon La Libération : « Dans ces villages, quasiment tous les habitants ont vu un de leurs proches mourir suite à un cancer déclenché par la pollution des eaux ».

C’est un écosystème qui est impacté. Photo de Lucian Petronel Potlog provenant de Pexels

Baotou, comme 450 endroits de Chine, est appelé « village du cancer ». Chaque personne dans cette région connaît un proche décédé suite à cette maladie. Les habitants vivent avec les produits toxiques au quotidien. Ils en mangent, boivent et respirent.

Les métaux rares pour cause

La forte présence du cancer dans cette région de Chine est due à l’extraction des métaux rares. Baotou est l’endroit où 70% de la production mondiale a lieu. L’extraction de ces métaux est plus complexe que ceux classiques. Ils doivent être séparés de la roche et pour se faire, des solvants sont utilisés et mélangés à de l’eau. Ce mélange est rejeté dans la nature et crée des lacs. Le problème est que les métaux rares sont indispensables au fonctionnement de nos voitures électriques et de nos smartphones. Comme on peut le voir, c’est la planète que les humains détruisent suite aux nouvelles technologies mais serions-nous réellement capables de vivre sans eux ?

Comment le télétravail impact il la circulation à Bruxelles

Image par Laurent Verdier de Pixabay

Suite à l’épidémie de COVID-19, le télétravail a fortement été mis en avant et a été envisagé comme solution contre les problèmes de mobilité. Le Bureau Fédéral du Plan a donc réalisé une étude sur le rapport entre le télétravail et la demande de transport.

Dans un scénario idéal, d’ici 2040, le nombre d’employés travaillant à domicile atteint 40% et ces derniers exercent leur profession 2 jours par semaine. Dans ce cadre hypothétique, les déplacements du domicile au lieu de travail seraient réduits de 5,8% mais les déplacements en voiture pour d’autres motifs, comme les services, augmenteraient de 1,3% . Selon une estimation du Bureau du plan, 1,2% de kilomètres en moins seraient parcourus par les Belges.

Et Bruxelles dans tout ça ?

L’impact sur la capitale, lui, serait significatif. Le trafic de navettes vers bruxelles diminuerait de 23% ,augmentant ainsi la vitesse moyenne du trafic de 8% sur les principaux axes de circulation. Le trafic à Bruxelles diminuerait de 12,2%.

L’idéal serait de rediriger la population vers d’autres moyens de déplacements que ce soit pour se rendre au travail où au centre commercial.